Bienvenue sur le Site du Cercle de Voile des Boucles de la Seine
Bienvenue sur le Site du Cercle de Voile des Boucles de la Seine

 

 

Olivier 4ème au Championnat de France série Europe 2019. Maubuisson 30-oct 02-nov

Chaque Toussaint les Europes ont leur championnat de France dans le sud-ouest sur le lac de Maubuisson.

AMELIE, pied du podium mais surement le français le plus rapide au près.

 

4 Jours de compétition pour attribuer les titres de champion de France et de championne de France.

Je suis parti dès le samedi précédent pour essayer de m’entrainer avant la régate. Niveau météo on ne pouvait pas trop savoir. On savait que les derniers jours pouvaient être ventés mais sans certitude.

Les 3 j d’entrainement se limitent à 1 car pas de vent.

Le matin du premier jour la météo est plus claire. Normalement 1j de faible vent, 1 de petit médium et 2 avec du vent. Donc il faut limite la casse le premier jour.

92 participants sont annoncés donc il y aura 3j de phases de poules avec des groupes de 46 et 1j de final le samedi.

Le but est de perdre le moins de points le premier jour pour garder mes chances pour la fin.

Tous les départs seront sous pavillon U. donc une règle noire. Si tu passes la ligne trop tôt et qu’il n’y a pas de rappel général et bien

1er jour:

Le matin du premier jour est arrivé. Temps moyen, vent très faible. Le comité nous envoie sur l’eau dans une orientation de vent que je connais. Conditions qu’on a eues il y a 8 ou 9 ans et où on sait que le vent va tomber. On a un vent de 3 à 6nds. Le pire pour moi

Je suis du 2ème départ donc je pourrais analyser les options du premier groupe et valider ce que j’avais prévu.

Bon départ au comité, bons bords mais bon les poids plumes sont trop rapides, je fais une manche de 12.

2ème manche je termine 10ème avec encore un départ proche comité (important pour la suite). La casse est limitée ouf. Je suis 22/92 au général

2eme jour :

Le vent est un peu monté mais reste assez faible pour moi. Il est à l’opposé de la veille donc une orientation qu’on a rencontré l’an dernier et où on sait que ça va être galère. Je suis 1er groupe de départ donc pas possible de voir ce que les autres ont prévu. Pour moi il faut aller à droite chercher le vent qui vient avec un semblant de pluie. 3/4 manches sont prévues à voir.

 

Premier départ je choisis de partir au comité pour aller à droite. Je gagne le départ et voit vite que les meilleurs sont partis à l’opposé. Ils ont un meilleur angle vers la bouée mais j’ai plus de vent (enfin plus, on n’a pas plus de 9nds de vent, 11 au max). Finalement je ne passe pas trop mal au vent et gère le reste.

Cette première manche sera identique à la 2nd et à la 3ème. Je suis presque seul à droite du parcours dans mon groupe. Cela donnera des places de 5, 6 et 8. A une manche on lance un match race à 3 dès le dernier vent arrière. Contre quelqu’un qui a fait plusieurs prépas olympiques ça donne du lourd. A chaque fois je prends le meilleur départ de la flotte. Le boulot sur les départs de mai-juin donne de bonnes choses.

Le comité lance une 4ème manche. Comme il ne faut pas mourir idiot je prends le départ au viseur ce qui n’est pas ma spécialité car j’ai toujours eu du mal à me positionner et à visionner la ligne.

Au final après une jolie bataille je gagne le départ au viseur car je suis le premier à pouvoir virer vers la bouée.

Finalement je passe 2ème au vent et finis 4ème à la manche.

Je remonte 11ème au général après une bonne journée.

 

3ème jour :

Voilà, là on commence les choses sérieuses. Le vent arrive, enfin les rafales. On sait que la tempête AMELIE est en approche donc le temps se dégrade. Grains de pluie, rafales de vent encore soft (on passe de 9nds à 17nds en rafale) Mais ça c’est un temps pour moi. 3 manches sont prévues. Ça sera une journée avec du super TOP et du super FLOP.

1er manche je pars « COMITE » étonnant ça dit donc. On ne voit pas la bouée au vent, il pleut à mort. En fait on ne voit pas à 100m. je gagne le départ encore une fois, au milieu du bord de près je suis devant avec déjà de l’avance. Je passe la bouée eu vent avec un wagon. Plus de 50m sur la 2eme (Perinne)

Le vent arrière est géré, plus de 80m d’avance, la manche est déjà presque gagnée car je sais qu’au près personne ne pourrait me rattraper et je continuerais à creuser l’écart, jusqu’à ce que le jury arrive de nulle part et me siffle pour pomping « FICTIF » oui fictif car quand même tes adversaires te disent qu’ils ne comprennent pas pourquoi tu es sifflé et que toi non plus et bien tu te poses des questions. Le temps de faire mon 720 je repars dans le paquet vers la 10eme place. Dégouté. Et surtout je ne peux plus prendre de risque au portant car si je me fais encore siffler je serais obligé d’abandonner la manche à chaque fois. Je finis la manche 6ème en perdant à chaque fois des places sur le portant après en avoir gagné au près. Moralement c’est dur surtout que ça doit être la 3ème ou 4ème fois de ma vie que je suis sifflé pour pomping.

La 2ème manche je pars encore comité, encore et passe en tête au vent. Forcement les portant sans pouvoir bouger font le reste et je termine 5ème. Perrine fait sa journée elle enchaine les manches de 2ème et 3ème.

La 3ème manche est l’identique des 2 autres. Je passe encore en tête après un départ comité et termine 4 à cause des portants.

Au final je passe 7ème au classement. 5ème français et 4ème masculin. Ahhhhh énervé par le jury que je vais voir et qui me montre que je pompais derrière la poulie et qu’ils m’ont sifflé pour ça alors que bah je ne suis jamais derrière la poulie au portant moi, je suis en direct. Non mais oh.

4ème jour : jour de la finale

AMELIE arrive. La météo prévoit du 12nds rafale à 30nds. Pluie et grains. Ça va être fun. Surtout que la veille en a fatigué plus d’un.

On est réparti en rond OR et Argent. Je peux essayer de jouer un podium mais cela va être compliqué. Il faut obligatoirement 3 ou 4 manches. 2 sont prévues peut-être 3 selon l’arrivée de la tempête.

4ème jour :

Manche1 : ventre entre 11 et 20nds je pars au comité tiens c’est étonnant, les autres partent au viseur et ils ont eu raison. Je passe la bouée au vent dans les 20-25 il va falloir que je fasse quelque chose. Le portant est correct malgré le fait que je ne peux pas vraiment lancer le bateau. Le 2ème près est top, je repasse 8 au vent puis perds une place au portant pour finir 9ème. Je suis devant mon adversaire pour le podium mais pas assez de bateaux entre nous.

Manche 2 : je décide de partir avec le paquet au viseur pour contrôler certains adversaires dont ceux qui peuvent me passer au général. Je fais un super départ mais 2secondes trop tôt, j’entends le viseur dire mon numéro de voile donc je sais déjà que je suis disqualifié mais j’ai le droit de courir la manche donc autant en profiter pour préparer la suivante. Le vent est monté on a du 13nds avec des rafales à 22-23 nds. Je passe en tête la bouée au vent. Mon rapport cap-vitesse au près est vraiment top, peut être le meilleur de toute la flotte sur cette manche. Je fais les bords de portant tranquillement sachant que je suis disqualifié. Au final je finis 4ème de la manche mais donc disqualifié.

Reste une manche. Les grains de pluie te de vent s’enchainent. Le comité nous fait attendre longtemps car le rond Argent peine. Au final il leur fait raccourcir leur manche et rentrer. Ils n’en feront que 2 eux.

Manche 3 : après bien 45 min à attendre sous la pluie, le vent et le froid, on lance le départ. La ligne est avantageuse au comité, trop donc rappel général. 2ème départ, je trouve un trou au millimètre en 3ème place à partir du bateau comité et m’élance très bien. J’accélère très fort (j’aurai aimé voir ça en vidéo du comité tiens). Je me retrouve donc dégagé, je donne tout je veux mettre le maximum d’écart avec celui qui est 3ème au général. Au milieu du bord je suis en tête. Je passe la bouée encore devant. On commence à avoir des rafales pas très gérables. Pluie de fou, on se demande si c’est de la grêle parfois. Le vent monte encore. Je rate un peu mon vent arrière après avoir géré un largue pas facile. Je passe 2ème en bas puis je remonte sur le 1er.  Arrivé à la bouée au vent, grosse rafale. Impossible d’abattre tellement elle est forte je suis limite de dessaler. J’arrive à repartir, j’ai perdu 3 places. J’empanne pour aller chercher le grain qui va forcément donner de la droite et là je ne comprends pas, je repars au tas, le bateau est rempli à ras bord. Et le grain finalement n’est que de la pluie sans vent. Donc mon bateau fait 3 tonnes et les autres passent à côté de moi. Je suis à l’arrêt. Quand finalement le bateau se vide je me retrouve 9 ou 10ème. Je suis dégouté et énervé mais il reste un bord de largue et un petit bord de près. Je donne tout, j’arrive à revenir sur ceux devant. J’entame le dernier micro bord de près 7ème et joue tactique. Je reprends 3 bateaux et on finit ensemble. On se regarde et on se dit que je suis le 1er des 3 donc ça aurait dû donner une manche de 4ème. Au final le bateau arrivé inverse le classement que nous coureur on avait et donc je suis noté 6ème. Euh… comprend pas. Au final le 3ème du classement avait limité la casse donc ça ne change rien.

Classement final :

Je termine donc 8ème de ce championnat de France 2019. 5eme français et 4eme masculin/ quand on voit qui est devant au final ça va. Le 1er est vice-champion du monde, le 2eme est un monstre dans le vent, le 3ème est dans les 10 au monde et déjà champion de France, le 4ème vice-champion d’Europe jeune et dans les meilleurs du monde. La 5ème à fait 2 fois les jeux olympiques. Le 6ème a été dans les 20 premiers mondiaux pendant des années, le 7ème idem et a fait plusieurs prépas olympiques, et derrière moi c’est pareil, des PO des mondiaux etc etc

 

Donc je suis 4ème, la pire place mais bon ça fait de l’expérience et surtout j’ai encore noté et validé des choses.

 

 

Perrine, la monitrice du CVBS, termine 12ème et vice-championne de France féminine

Classement ci-joint

 

http://www.ffvoile.fr/ffv/sportif/ClmtCompetDet.asp?ClId=160713

7-8 septembre: Olivier au Championnat de Belgique à Ostende

  Le championnat de Belgique ou on pourrait dire International de Belgique 2019. Et oui !

 

Belges, anglais, allemand, polonais, hollandais, français. Tout ce petit monde à Ostende à côté de Bruges. 75 Europes. Une 20aine ayant fait des mondiaux dont une dizaine à avoir déjà fait dans les 10 au monde et même une ayant déjà fait les Jeux Olympiques.

 

La mer du nord, celle qui fait peur avec son vent et sa mer formée et cassante. Parcours en trapèze avec 2 bords de près plus un petit d’arrivée, 2 largues et 2 vent arrière .

Et bien on n’a pas été déçus.

Partis le vendredi soir pour être tranquille le matin du samedi, car le départ de la première manche était à 12h, on se retrouve avec un temps du nord. Vent, frais, parfois pluie. Tout cela motive à aller sur l’eau.

On part donc sur l’eau à 11h par 15-20 nds de vent établi et une mer qui gonfle. On nous a mis des GPS sur les bateaux, les bouées, le comité. Ce n’est pas mal, cela permettra de confirmer ou non d’éventuels départs prématurés.

L’échauffement commence. J’ai pris une ancienne voile qui à 2 ans pour ne pas abimer la neuve et j’ai eu raison.

1 heure donc de nav avant le premier départ. Une heure dans 18nds établis avec rafale à 22-23. Ça monte doucement. Les vagues aussi montent. On commence à voir des murs et des déferlantes.

 

Le départ est enfin donné. C’est un temps où il faut beaucoup de puissance et savoir passer les vagues. C’est mon domaine au près.

Je prends un départ correct et accélère au près. Je vais plus vite ça se voit et je passe largement en tête la bouée au vent. Je reste en tête après le largue mais je perds 3 places au vent arrière. Le 2eme bord de près sera dur pour tout le monde. On prend des rafales à 25-26 nds .  Je repasse 2ème au vent et finirais à cette place la manche en contrôlant la flotte au vent arrière puis largue et petit près.

 

La manche suivante commence mal. Une déferlante remplit mon bateau à 30 sec du départ. Je ne peux pas bouger ni vider le bateau. Je pars après les autres et avec déjà 30m de retard. Je sais que de toute manière au près j’irai vite donc même si centré ou centré gauche était mieux je pars à droite tout seul. Je passerai 3ème au vent et je dessale au début du vent arrière et finirait 8eme. Cette manche é été celle de la pluie et des grains. Le vent était encore monté.

Entre les manches on attend longtemps et heureusement pour les jeunes car avant la 3eme on a pris un grain avec presque 30nds en rafale. La mer était démontée.

 

On lance une 3ême manche, on voit que beaucoup sont déjà cramés. Les écarts sont énormes. Il y a un groupe de 4 bateaux devant, les derniers ont plus de 800m de retard. C’est la guerre. Les vagues sont énormes, le vent est là, le froid, la pluie. Les vents arrières sont fous avec des surfs géants, des dessalages partout. Je passe en tête encore une fois les 2 premières bouées et termine 2eme à la manche.

 

Au final je suis 4eme au classement après cette journée.

On est un peu cramés on ne va pas mentir et la météo du lendemain ne motive pas certains.

Le dimanche on se lève et le vent est là et surtout la mer. Le comité décide de décaler d’une heure le départ car la mer est démontée.

On lieu de 10h on commence à 11h. je pars sur l’eau en premier et m’échauffe. Vent entre 12 et 18nds, mer formée, j’aime bien. Le seul problème est que la mer est faite pour un vente de 20nds donc ça va être compliqué surtout que le vent baisse encore.

 

On lance la manche. Encore une fois, je prend un départ moyen au comité et pars sur la droite. Je passe dans les 6 mais je perds des places au vent arrière le vent baisse et le portant est difficile pour moi. Je finis la manche 8ème. Dégouté

La manche suivante le vent revient, je passe en tête au vent je gère bien le vent qui tourne avec les grains et je termine 3eme.

 

La dernière manche est un peu du n’importe quoi. Le vent tourne, le courant s’inverse, le dernier bord me fait perdre 3 places, manche de 7eme.

 

Au final je termine 4ème de ce championnat. Content car j’ai travaillé ce que je voulais et j’ai passé un bon week end. Epuisant mais content

On aura eu du vent, des grosses vagues. Je vous laisse profiter des photos

 

Olivier

FRA5609

Pour le classement, cliquer sur le lien:

https://manage2sail.com/fr-FR/event/3c6077cb-0564-4785-8953-417587fda7c4#!/results?classId=8ede12fa-699b-436d-a0df-bd4e79c437ff

 

 

Juillet-Août 2019: Olivier à l'Open Week et au Championnat du Monde Europe en Espagne

L'été c'est la période des championnats internationaux; après l'Allemagne en 2018 on se retrouve en Espagne (Catalogne) à 20km au nord de Barcelone.
Zone réputée sans vent l'été.

 

 

Je pars donc le samedi 27 juillet pour La Rochelle pour charger les bateaux et préparer tout. Le soir commence fort, je me fais une entorse de la cheville sur une marche. Bon ça c'est fait.

Dimanche préparation et lundi, à l'aube, départ pour l'Espagne avec le chargement (voir photo).

 

Open-Week
En début d'après midi on arrive sur le lieu de la régate, on décharge, on grée, on récupère le logement et on part s'entraîner sous une forte chaleur. 70% d'humidité et un vent petit médium (étonnant mais motivant).
Il fait 35° dehors et l'eau est pas loin des 29-30° ; donc il ne faut pas s'attendre à être rafraîchit par l'eau. Fait marquant, le multiple champion du monde vient s'entraîner avec nous et me choisit comme repère pour le près. Je soufre de la cheville mais pas le choix, il faudra trouver une solution.
Mardi 30 juillet, la régate commence. On est 80 sur l'open Week (garçons et filles sont mélangés sur les internationaux hors mondiaux)
Il fait chaud mais il y a un vent médium, ce qui est bon pour moi. La première manche commence comme un rêve. Je gagne le départ au comité, je renvoie directement et donne tout (malgré la cheville) pour faire accélérer le bateau encore et encore (voir lien video). Il faut dire que le clapot est cassant et arrête les bateaux.
Je vais à fond à droite puis vire pour faire la bouée . (là on se rend compte qu'il y a un courant assez prononcé de sortir du port de Barcelone).
Sur la fin du bord je pense être en tête mais le Norvégien surgit juste devant moi. On se retrouve comme à l'entraînement la veille. 
On passe 1er et 2ème la bouée devant un autre français (mon partenaire d'entrainement) et la septuple championne du monde.
Le largue et le vent arrière seront les plus fou de ma vie. Pomping autorisé donc on donne tout pendant 15min.
En rentrant à terre je verrai que le cardio est resté entre 150 et 176 pendant tout ce bord.
La cheville fait mal et je calme le jeu les bords suivants. Je finis 13 à la manche. De toute façon l'open Week est fait pour travailler et découvrir le plan d'eau et les futurs adversaires.
La manche suivante est plus serrée. Ceux qui n'avaient pas vu l'avantage de la droite ont compris, donc la guerre est plus intense et je fais 25.
Encore 3 jours à faire et à soigner la cheville. Je serai strappé dès le lendemain.
Le 2ème jour les conditions sont presque identiques. Rien de nouveau, je fais 19 et 17/80.
Le 3ème jour on découvre le petit temps connu mais avec un vent pas du tout dans la direction normale. Cela redistribue les cartes et surtout il faut trouver les réglages. Je fais ma pire manche, 28 et là le vent se lève d'un coup. On passe de 4nds à 15-20nds. Le départ est une guerre, tout le monde se bat à fond. La mer se lève, des murs de houle de plus d'1m50 apparaissent. C'est mon temps c'est génial sauf que la cheville n'aime pas du tout.
Donc j'y vais calme et je fais une manche de 26. Là où je suis très fort, le près, j'y vais lentement et je récupère les places comme je peux au vent arrière car plus il y a de vague et plus je suis rapide.
Le 4ème jour on ne fait qu'une manche par faible vent après avoir attendu des heures à terre. 
Au final je finis 19/80 donc 1er quart. C'est ce que je m'étais donné comme contrat.
On aura découvert les joies d'attendre à terre en cramant et sur l'eau en cramant encore plus. Certains jours on devait boire environ 8L d'eau.

2 jours de semi repos, de cérémonie d'ouverture, de jauge et le mondial va pouvoir commencer.

 

Olivier

 

Photos et vidéos en lien ci-dessous

https://www.flickr.com/photos/bebalis/albums/72157709985943621

 

Video du départ 1ere manche open week
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2532493253456910&id=136752863030973&sfnsn=mo&s=1367731663&w=y

 

Championnat du Monde

1er jour du mondial. Départ de la Manche prévu à 12h. Depuis 11h on attend à terre ; les conditions du coin sont là. Pas de vent et chaleur. Points météo toutes les 30 minutes. Le vent semble venir alors tout le monde part sur l'eau,  pourtant le retard est laissé à terre. On est donc sur l'eau et on attend, on s'entraîne comme on peut pour rester mentalement dedans. Le comité indique qu'il peut lancer jusque 19h les manches mais qu'il prendra une décision à 18h. Les bateaux des coach sont utilisés pour tenir le bateau, ça se baigne, ça réclame de l'eau, ça discute; bref ça attend. 
Les français décident de se faire un bord de près d'entrainement. Après 30 minutes on arrive enfin à la bouée au vent qui est au large et là on apprend que le comité à annulé la journée donc il faut rentrer. On sera remorqué pour la plupart par les mouilleurs. Il y a 2nds de vent.
Le 2ème jour, on part sur l'eau par faible vent après avoir un peu attendu. Le vent n'est pas dans le sens normal. La course des filles est lancée, et c'est maintenant le tour des garçons. Premier départ, rappel général, procédure sous règle noire, rappel général. Déjà des bateaux de disqualifiés. Re-procédure sous règle noire, nouveau rappel général.
Les filles viennent de finir leur manche qui a duré une heure et les garçons sont toujours en procédure. Déjà 24 bateaux disqualifiés. La manche se fera avec une 40aine de bateaux su les 65. Manche qui finalement sera annulée par vent qui tourne puis tombe. Après 2h d'attente sur l'eau le comité nous propose d'attendre à terre puis finalement annule. 2jours et zéro manche pour les garçons, 1 pour les filles.
3ème jour: on attend encore à terre malgré le fait que le comité ait avancé à 11h. puis on va sur l'eau avec faible vent. Les disqualifiés de la veille le sont encore vu que la manche n'a pas été courue donc ils attendent. 
Au final on fait 2 manches garçons et 2 pour les filles par petit temps. 2 français s'en sortent et sont 2 et 4 au général. Je fais 28 et 39 sur 65. On va dire que je limite la casse car avec trop peu de vent je suis très désavantagé.
De plus le niveau est encore plus haut que la semaine d'avant et les passages de bouée sont difficiles et serrés.
4eme jour: le vent est dans l'axe normal du coin. Petit médium montant parfois à 12-13 nds.
Malheureusement pour moi ce sera ma journée noire. J'ai mal  la cheville, mentalement je ne suis pas dedans, je ne me bat sur aucun départ, je fais 3 mauvaises manches 35, 39 et 42. Je veux une chose : oublier.
5ème jour: après la journée de m... de la veille je décide juste de prendre du plaisir à naviguer pour cette dernière journée. Le vent ne dépassera pas 11nds et sera de 9nds en moyenne. On fera encore 3 manches; je rate mon départ à la première et finis 40 puis enfin je m'amuse sur les 2 dernières . Malgré un vent tombant je fais 29 puis 21.
Au final je termine 37 sur 65 c'est une déception même si je savais que la météo du site n'était pas du tout à mon avantage.

 

Olivier

 

Lien photos 

https://www.flickr.com/photos/bebalis/albums/72157710100175376

 

Lien résultat 

http://www.ewc.cnelbalis.com/en/default/races/race-resultsall


 

Mai 2019: Olivier 2ème à la Semaine de la Rochelle et 6ème au National de la Rochelle

Mois de mai très physique pour moi; presque tous les week-ends sur le plan d'eau de La Rochelle ou en salle de sport.

 

Un week-end 100% entraînement par médium pour travailler le portant et enchaîner des heures de navigation et de manoeuvres. Analyses vidéos durant les 10 jours qui ont suivi, amélioration de certains points et travail spécifique en salle de musculation. Avec comme but secondaire de faire ente 7 et 8 kg de moins pour début août pour le Championnat du Monde.

 

Puis le National 2 semaines plus tard . Une voile neuve à essayer et des réglages à retrouver, 15% de vitesse gagnés au portant avec des sensations retrouvées et beaucoup plus de puissance. Même par petit temps je vais beaucoup plus vite. 3kg de moins qu’au début du mois ça compte déjà. 

Le National à duré 4 jours. Un d'entraînement par médium où je gagne la manche d'entrainement avec en plus un sparing partner pendant les bords de vent arrière (champion du monde de Moth Europe et récent vice champion d'Europe de Yole OK).

Malgré le petit temps hormis  2 manches je sauve les meubles et finit 6ème sur une quarantaine de bateaux. La nouvelle voile est puissante et se fait petit à petit.

A peine 6 jours plus tard je suis de retour à La Rochelle pour la célèbre Semaine de La Rochelle.

La 1ère manche commence par petit petit air. Malgré tout je gagne la manche de quelques centimètres , le 1er étant OCS.

La seconde manche est toujours aussi faible en vent, je finis 6;  puis 3ème 

Le lendemain on attendait un vent tournant de 180 deg forciçant.

On a commencé par une manche de vent d'est nord est très faible. je ne m'en sors pas. Malgré un retour au portant je termine la manche 9ème. A quelques mètres près on avait des ados de 20 deg et avec un différence de  3 ou 4 noeuds. Puis on attend pas vent nul et enfin le vent tourne à l'ouest et monte.

Au final on lance une manche par 12 à 20 noeuds. Je travaille ma vitesse au près et au portant. Je fais une manche de 4. Comme depuis le début nous sommes sur les mêmes parcours que les 5o5 les manches sont longues et physiques, donc le comité nous envoie pour une dernière manche. Là je choisis de faire une manche d'attaque.  Gros départ et 2min après je suis en tête de la manche . Tête que je garderai jusqu'à la ligne d'arrivée. Grosse manche par 17 à 23 noeuds et de la vague. Bien crevé on fait tout le retour à fond  au largue pour encore travailler avec mon partenaire d'entraînement?

Le dernier jour on fait 3 manches dans du petit médium. Je fais 5, 3 et 4. Au final je termine 2ème de la semaine de La Rochelle avec plein de choses travaillées.

Prochaine étape énorme un entraînement en juillet et 1 semaine après International enchainé au championnat du monde en Espagne.

 

Olivier

 

Voir le classement sur le site de la FFV.

Olivier au Championnat de France Europe à Maubuisson

A la Toussaint se passe traditionnellement le grand prix de l’armistice pour les Europes. (même si cela change depuis quelques années).  Bref 4 jours de compétitions prévus du 31/10 au 03/11.

Pour ma part je suis arrivé le samedi d’avant pour m’entrainer 3j.

Les prévisions météo changeant tous les jours depuis 3 semaines j’emmène les affaires d’été et d’hiver. Bonne idée au final.

Le dimanche commence par un réveil à la fraiche. Pas plus de 4 degré dehors au meilleur de la journée et à l’abri du vent. Donc en ressenti je n’ose en parler.

Je suis allé m’entrainer pendant environ 2h par un vent entre 18 et 25nds dans les rafales. Avec pour agrémenter l’affaire de la pluie et du gris partout. L’eau aussi était  froide et le clapot était bien présent. On surfait bien au portant.

Bonne nav qui remet les choses aux clair dans la tête et relancer un peu les schémas moteur .

Le lendemain il fait toujours froid ( 6 – 7 degré ) mais meilleur temps. Mais pas l’envie de naviguer vu les conditions pas intéressantes. Je préfère préparer certaines choses sur mon bateau et aider les arrivants.

Le Mardi il fait moins froid mais juste frais. Je pars m’entrainer en début d’après-midi avec un ami. Il y avait plusieurs groupes d’entrainement (belge, Arcachon ……) et déjà bien 60 Europes sur l’eau. On décide de faire un entrainement à 2 avec de longs bords car les conditions étaient top. Vent de 9 à 14nds dans un axe parfait permettant de remonter le lac pratiquement vent arrière et de le redescendre au près en babord. Au final ce sera du vent arrière debout en mode planche à voile (ce qui veut dire qu’on est debout à prendre la voile en direct par l’écoute et on fait du pomping en lofant ou abatant en appuyant sur les jambes) pendant 45min puis 45min de près et quelques manœuvres et tests de réglages ..

Le mercredi 31 c’est le début du championnat de France. On se retrouve avec des conditions pas loin d’être les pires pour moi. Vent ultra faible. On est 101 Europes inscrits donc cela va se courir en groupes de 50 et 51 . Cela veut dire des qualifications et 2j de finales rond or et argent.

On part pour 2 manches de pétole molle et c’est le cas. On se retrouve par moment avec 2nds pendant les manches. Même les poids plumes galèrent. Je me dois de limiter au maximum la casse en espérant que le vent revienne les jours suivants. Je fais 14 et 19 de mon groupe cela veut dire qu’il faut faire X2 pour avoir la place donc vers les 35-40 sur 101. Pas bien mais casse limitée. Demain on part pour 3 manches avec redistribution des groupes

Le 2ème jour ça recommence. Vent faible (6nds max 9nds) et vent dans un axe qui donne des gros trous d’air sur le parcours. Ma chance est que je suis dans un groupe avec un niveau moyen inférieur mais avec plus de poids plume. Je rate complètement ma première manche. Je vais au milieu et ça passe à droite et à gauche. Je me bats pour remonter de la 40eme à la 24eme place.

La 2eme manche est mieux. Je gagne le comité au départ et reste avec du vent frais toute la manche dans les 15 premiers puis dans les 6 et là le vent tombe complètement au 2eme vent arrière on me passe à droite puis à gauche je me bats pour faire avancer mon bateau à la limite des règles, j’arrive à m’en sortir mais je perds 3 places sur le mini dernier bord de près par un mauvais placement qui me fait être couvert en étant bâbord sur la fin. Je finis 11.

3eme manche (on se demande si on va rentrer de jour …). Bon départ mais mauvais vent arrière et 2eme près. Je finis 13.

A la fin de cette journée où j’ai encore eu peu le loisir de m’assoir sur le caisson vu le peu de vent je suis 33eme/101 au général je valide donc ma place en rond or mais c’est bof.

LE 3ème jour devrait être mieux selon la météo avec un vent de 9 à 13nds prévu. C’est bien mais c’est le vent où tout le monde va vite. Les légers sont à fond et les lourds (comme moi) commencent un peu à se mettre au rappel.

3 manches de prévues à la base en groupe or et argent donc les 51 premiers vont se battre le niveau est plus haut et homogène, 4 seront courues. Je fais des manches à peu près correctes. 12-9-15 et BFD. Bon je me demande toujours comment j’ai été BFD à la dernière manche car couvert au-dessus et en dessous. Bref. Et il faut que je travaille le dernier bord de près qui est court car je perds souvent 2 ou 3 places à ce moment-là.  La journée aura été plus marrante car plus de vent. J’aurais aimé 5-6 nds de plus mais bon. Cette journée aura validé que je vais toujours assez vite au près mais que j’ai encore progressé au portant. Que ce soit avec moins de 6 nds et avec plus je ne perds plus de place au portant. C’était mon gros problème avant.

Malgré des manches justes correctes je passe de 33eme à 18eme au classement général.

Comme le dernier jour on n’a pas couru car pas de vent le championnat se termine donc 18/101

12eme français et 6ème homme.

Ça aurait pu être carrément pire mais c’était une régate sympa avec 101 Europes ce qui n’est pas mal.

 

Olivier

 

Voir le classement sur le site de la FFV, et les podiums

Ilfaut noter la belle 6ème place de Perrine,  (sur le podium des féminines) de Perrine, la monitrice voile du CVBS.

 

Olivier à l'Open Week (régate internationale) et au Championnat du Monde des Europes a Kuhlungsborn (Allemagne) du 29/07/18 au 12/08/18

Début Août avait lieu l’open week et le championnat du monde des Europes en Allemagne ( ex Allemagne de l’est) sur la Baltique

Après une journée qui commença à 4h du matin pour arriver pas trop tard sur le lieu de régate, nous arrivons (avec Cyril Richard du CV Arcachon) enfin à Kuhlun…. Bon on n’écrira pas ce nom de ville imprononçable.

A l’arrivée sur le lieu de régate on est un peu perdu. On ne voit pas vraiment de club. Juste une grosse tent , on cherche le parking qu’on ne trouve pas, bref on verra demain vivement le logement (vraie bonne partie du séjour en fait)

Le lendemain matin on prépare tout et on part s’entrainer en après midi pour voir ce que la Baltique nous offre. On est pas déçu. 37deg, l’eau à 24-25 et euh.. du courant ???? et oui.

En rentrant on apprend que les bateaux doivent être sur la plage donc séance de traction sur 200m dans un sable bien mou. C’était le sport de la semaine

On test le plan d’eau pendant plusieurs heures puis on rentre. L’open week commence demain ( le 31 juillet).

La première manche de l’open week est ce qu’on va dire « fun », avec Cyril on retrouve les conditions de notre entrainement de la veille. Pour résumer, ça passe à droite du parcours. Au moment du départ on est 3 au comité et tout le reste est au viseur pour aller chercher la gauche du parcours.

Vidéos de la première journé

https://www.youtube.com/watch?v=1TPasluUVqU&t=229s

On ne va pas faire de suspens, Cyril passe 1 en haut, devant une allemande et je passe 3. L’avance est assez conséquente déjà. La manche se passe bien, Cyril finit 2eme (battu par la sextuple championne du monde) et moi 9.

La deuxième manche bizarrement on est plus tous seuls au comité donc c’est plus la guerre au départ.  La manche est sensiblement identique et je fini 24.

A la fin du premier jour je suis 11eme / 76. Ça va

Le deuxième jour on est sur un vent pratiquement opposé au 2 premières manches. Et forcement du petit petit temps. Pour faire simple, si le départ n’est pas top top, pas la peine n’essayer de renter dans les 50. En plus le comité commence à faire des siennes. Il ne recale pas les lignes, ne recale pas les bouées et ne prend pas tous ceux qui sont au-dessus de la ligne.

En plus c’est simple. Soit tu vas à gauche et tu attends le vent soit tu vas à droite et idem. Au milieu tu prends les mouchoirs et tu pleures. Donc si tu rates ton départ c’est fini .

Je rate mon départ forcément et bataille.Au final je récupère des places au portant (vive la nouvelle coque) et fait 47. La 2eme manche du jour est l’horreur. Le vent tourne, tombe, revient, repart sans montrer où. je finis 61. Pas aidé par un comité qui nous fait attendre encore et encore car il veut que le vent soit identique sur chaque cm2 du plan d’eau (n’importequoi) heureusement qu’il ne fait que 35 deg.

Pour passer vite, les 2 jours suivants pas de vent donc pas de manches.

Au final l’open week se finit avec un 31/76. Ça aurait pu être pire. Mais comme le pire c’est l’organisation et le comité on se dit qu’on va se contenter de ce qu’on a.

 

 

 

 

 

 

Le Mondial va commencer par la jauge. La France passe dans l’apres midi donc on a le temps et on apprend qu’on ne jauge que ce qui n’a pas été jaugé au dernier mondial. Forcement moi ma coque. Donc obligé de la sortir de la plage (re sport non prévu).

L’inconnu était le poids de ma coque. Elle avait été jaugé à l’origine mais comme elle sèche depuis 13 ans elle a dû s’alléger. Donc le but était de voir s’afficher minimun 45.300kg sur la balance . ce qui aurait indiqué un poids parfait mais en fait j’ai droit à un 44.940. Aie il faut que je rajoute au moins 300g de plomb.

Au final tout s’arrange et on peut préparer le mondial.

Premier jour du Mondial on attaque du petit temps, du courant et le célèbre à gauche ou à droite mais pas au milieu. On peut rajouter des couloirs de vent qu’on rate à 15m près. Donc peu de vent et des manches bof bof 32 et 33/76. Je sauve les meubles car le vent ne m’avantage pas

Deuxième jour du mondial, le comité décide que le parcours serait pas dans l’axe et la ligne non plus. On peut aussi dire que les bords n’étaient pas non plus de longueur identique.

Je fais un super départ, je gagne au comité, il y avait un petit médium. je vais vite super rapport cap vitesse, ça doit passer à droite ettttttttttttttt………………… bah sur le milieu du premier près ça passe fond à gauche. Et à ce niveau-là l’addition est lourde. Je me prends une manche de 72.

Manche suivant, le vent tourne encore un peu mais le comité ne veut toujours pas bouger la ligne et les bouées. Donc pratiquement bord obligatoire et certains font presque la bouée directement en partant bâbord du viseur. Minable . je me retrouve avec 10 bateaux derrière moi à la première bouée et m’énerve. Je m’incruste à la bouée (porte) sous le vent mais trop tard donc je fais un 720. Je reprends mon calme et me boost pour faire un bon bord de près puis je me concentre au portant et finis la manche 56eme. Ça fait mal.

https://www.youtube.com/watch?v=OTwUoo4g8Ns

 

Pour information, on avait un vent qui venait à nous en passant dans un champ d’éolienne. Vous imaginez (j’espère) la galère

3ème jour pas de vent, chaleur, on attend on attend et pas de manche. Bon, on pense surtout que le comité était pas motivé et voulait surtout aller au repas coureur à l’heure.

Annulation du jour de repos du lendemain (le jeudi)

4eme jour : on part sur l’eau par faire vent. On arrive sur le parcours et là…. Très fort, le vent fait un 180° en 10sec. Il passe du SE au NNO Et tombe. On attend on attend. Puis le vent arrive du NE et rentre enfin. On voit presque les moutons se former.

Enfin je peux me mettre au rappel et faire du super près. Par contre même si je vais vite au portant par petit temps, il me manque l’entrainement pas médium et les surfs donc je me fais déposer au vent arrière. Mais je finis 38. Manche suivant, enfin du vrai vent, droit de pomper aussi  14-17 nds . Je m’amuse enfin. Super premier près avec Cyril on passe dans les 10 à la bouée. Largue bof et on attaque le vent arrière avec des vagues et mode planche à voile (pomping en direct). Certains étrangers me déposent mais je les récupère au près suivant. Je passe 15 au près suivant mais le dernier portant est difficile. Ils vont très vite et je ne suis pas à leur niveau. Avant le mini près vers l’arrivée je suis 30ème et au final je donne tout pendant 5 min et finis 24eme.

5eme jour. Avis de coup de vent sur le nord Allemagne donc on attend à terre sous le froid de la baltique. On attend longtemps longtempslongtemps. A  17h on se prépare et on va sur l’eau pour essayer de faire une ou 2 manches.

Le vent a baissé à 15nds, puis 12 puis 8 puis 2. Et au final c’est annulé et on rentre à terrre.

Pas mal on a attendu parce que trop de vent, puis attendu parce que pas assez et finalement annulé parce que pas de vent. Et ce en une journée.

6eme et dernier jour. Encore soit disant tempête . on attend et finalement la journée est annulée et championnat terminé.

Bravo. Donc on prend les classements du jour 4 et voilà. Et on se prend des saucés de pluie.

Petit CR d’un monstre en voile (plusieurs préparation olympiques)

https://www.youtube.com/watch?v=Ci1buCevk20&feature=youtu.be

 

Je finis 42eme sur 76 de ce mondial où on a plus attendu que navigué.

Déçu surtout du club et du comité qu’on nous a donné. Mais ça aurait pu être pire niveau résultat. Par contre nouvelle coque top.

Avec de l’entrainement au portant ce sera carrément mieux.

Olivier Lalance

FRA5620 et FRA5609

Olivier au Nationnal Europe 2018

  Olivier, digne représentant du CVBS, s'est classé 12ème sur 44. Il nous relate  ci-dessous ses 3 jours de course, la première étant particulièrement pimentée.

Perrine, la monotrice du CVBS, est sur le podium avec une belle 2ème place.

Voir le classement sur le site de la FFV.   

 

Après le national au havre il enchaîne par une semaine à la Rochelle.

 

Les régates de l'année commencent tard pour moi et donc au Havre sur un national de 3 jours ; plan d'eau que je n'apprécie pas plus que ça mais pas le choix.

Après un entrainement pas petit médium le mercredi on attaque le national le jeudi.

La première manche commence bien, vent médium, un peu de mer. Bon départ, je me retrouve en tête avec la possibilité le contrôler les 2 flottes en allant en plus du bon côté et la catastrophe. L'écoute saute du taquet. Déssalage à contre. Je retourne le bateau pour pouvoir ressaler et la bôme m'attaque lâchement. Assommé quelques secondes, je ressale et reprends le cours de la manche avec beaucoup de retard. Je finis 21 à la manche sur 44.

Mais c'est là que le fun commence ; commencer un national comme ça il n'y a pas pire mais surtout c'est la dose de sang que je retrouve sur ma voile, ma visière et mon crane. S'ouvrir le crane ça commence fort. Bref la deuxième manche sera un peu mieux malgré que je n'ai pas encore tous mes esprits . Je navigue à l'envers de ce qu'il faut faire mais finis 13eme. Puis enfin une manche accomplie avec bon départ, bonne vitesse où je finis 3.

 

Le deuxième jour après une nuit pas facile avec ma tête, le vent est plus fort ; enfin c'est ce qu'on croit car arrivé sur la ligne le vent de 18nds a tendance à tomber et c'est ce qui arrivera.  Le vent est en sens inverse de la veille et le courant est fort car on est en limite du chenal. On fait 3 manches, malgré de bons départs, je peine à faire avancer le bateau  et je suis forcé d'aller là où il n'y a personne pour avoir du vent frais, mais aussi plus de courant contraire. J'enchaine une manche de 10, de 9 et de 22. Merci le vent d'avoir décidé de partir sur la dernière manche.

 

Le samedi on part sur l'eau par pétole et pluie. Le comité force une manche dans laquelle on peine à contrer le courant et qui se finit pas des coup de chance pour une partie de la flotte sur un mini bord vers l'arrivée. Jje fais 12 à cette manche.

Au final je finis 12 sur 44 à ce national. C'est mauvais mais ça avait mal commencé.

 

Le positif, c’est que malgré mon gabarit je ne suis pas mort dans le petit temps.

 

Semaine à la Rochelle

Une semaine après le national au Havre, j'enchaine avec la semaine de La Rochelle. 
La météo prévoit soleil mais 9 nds de moyenne tous les jours donc ça s'annonce compliqué surtout qu'il y aura plein de poids plume. 
Il faut savoir qu'on est sur le même parcours que les 5o5 mais départ décalé donc les bords vont être longs et le courant de La Rochelle va vite créer des problèmes et des écarts. 
le premier jour on fait 3 manches. par petit petit médium. moi je suis assis sur le caisson pendant que d'autres sont au rappel. 
malgré cela je garde des manches dans les 5 et même la manche avec le moins de vent je fais 2eme 
Le dimanche le vent est plus sympa mais instable en force et direction. mais à chaque manche je profite des rizées vers les 15 nds pour remonter ou faire des écarts. bonne vitesse et beaucoup de puissance me fait passer facilement le clapot . au portant j'arrive à tenir mes places contres les légers qui sont pourtant très avantagés. 
je fais 2eme, 2eme et 4eme. la dernière manche a été raccourcie car le vent est tombé à 1 nds. 
le dimanche on part sur l'eau par pétole. on attend 1h et on rentre. 
fin de la régate. 
je finis 3eme à 1point de la 2eme 

Championnat du Monde Europe 2017 par Olivier à Blanes en Espagne

C’est beau mais on cherche encore le vent…………………..

 

Voilà , après l’Italie l’été 2016 me voilà en Espagne pour début juillet afin d’enchainer l’open week et le championnat du monde.

L’open week est un international mixte alors que le mondial se court en masculin et en féminin.

Je n’avais jamais navigué à Blanes donc c’était une découverte. Mais bon un plan d’eau méditerranéen l’été cela se joue souvent avec du thermique donc je m’attendais à  du 12-15 nœuds ce qui aurait été parfait pour moi. La réalité sera différente.

 

Durant l’open week qui dure 4 jours on nous a offert un beau soleil mais par contre le vent, il fallait l’inventer.

Vous pouvez voir sur Youtube des vidéos à cette adresse pour vous faire une idée du bonheur que cela a été.

 

https://www.youtube.com/playlist?list=PLG50-5EBeiCrwEObIvUtQSWrlduJpXH3f

 

Il y avait 104 bateaux sur l’open week. Il n’y a pas grand-chose à commenter, je cherche encore le vent. Mais malgré mon poids lourd je n’ai pas trop été minable et j’ai pu travailler ma guerre au comité sur les départs. On naviguait par poules de 52 et à part quand on passait sous 5nds de vent je me maintenait dans les 25 ce qui n’est finalement pas si mal. Mais dès qu’on passait sous les 5nds cela se traduisait par du 40 – 45.

Si vous avez du temps voici 30min de manche de pétole en HD. Vous allez voir comme c’est le bonheur de faire plus d’1m80 et plus de 80 kg par ce temps.

 

https://www.youtube.com/watch?v=NK7UO8UuVWE&list=PLG50-5EBeiCrwEObIvUtQSWrlduJpXH3f&index=24&t=1210s

 

La fin de l’open week annonce la jauge pour le mondial et la course par équipe où 4 bateaux par nation font une sorte de match Race. Pendant ce temps, moi je m’incruste avec les Danois pour jauger (ah la la on s’aime avec les danois, enfin certains on va dire)

La jauge se passe Nikel et l’aprem sert à revérifier tout le matériel et à remettre ma bague de mat sur la coque qui avait un décalage, ce qui provoquait un bord bâbord super serré et un tribord où je ne capais pas. Ça explique pas mal de choses depuis un moment.

Le lendemain entrainement avec enfin du vent. Youpi je tire dans les sangles. Il fait pas super beau, la houle est là, le vent est là. Je commence à me dire qu’enfin j’ai les conditions qu’il me faut. Après un bon entrainement, retour à terre et le lendemain le Monde commence et pour 5jours.

 

1er et 2eme jours. Alors que durant l’open week on avait du vent orienté sud sud-est, on se retrouve avec du nord. Des nuages, des orages et des grains. On avait pas payé pour cela et surtout mais pourquoi du nord.

Mais par contre il y a du vent donc je peux me mettre au rappel.

La 1er manche c’est départ raté, on est 76 sur la ligne et comme il y a du vent tout le monde est mort de faim.

Je passe la première bouée 65 environ, je reprends 10 places sur le portant (pumping autorisé en europe au-delà de 12nds) et j’en reprends une 20aine sur le près suivant. Puis le vent retombe et j’en reperds sur le portant suivant.

La 2eme manche le vent a baissé. Fin du rappel. Vive les orages et le vent qui tourne. On oublie malgré une 36eme place grâce à un coup de gauche bien trouvé.

 

Par contre les entraineurs et météorologues commencent déjà à se poser des questions sur le vent et aussi une chose qu’on n’avait pas vue. Un courant

Le lendemain on prend la même météo et on recommence. Sauf qu’on commence par 5 rappels généraux donc 4 sous Black Flag. La manche est tronquée de pas mal de coureurs et le vent baisse de suite.

Les filles parties avant finissent leur manche alors que nous ne sommes pas encore partis sous bon départ. Elles auront eu plus de vent que nous. 

Donc 2 manches encore sous grisaille et vent moyen faible et instable faiblissant vite.

S’en suit 3 jours de soleil et de pétole molle et de courant qui change de sens sans que personne ne comprenne d’où il vient et pourquoi il change. Ainsi que le vent qui pareil, n’en fait qu’à sa tête. Cà devient un casse tête géant et tout le monde rentre des mélanges de bonne manche et de manche complètement raté. Les super forts arrivent à limite de  la casse mais pour moi ce sera 3j à peine assis sur le caisson avec heureusement les encouragements du coach qui me félicite de ne pas lâcher malgré la galère que c’est pour moi.

Donc au final je dégringole au classement et finit 68/76 et je peux dire que j’attendais la fin de cette régate avec impatience car ça en devenait vraiment pas amusant du tout.

 

Mais bon la météo est ce qu’elle est et je ne vais pas avoir tout le temps le vent idéal pour moi.

Prochaine étape …. Fondre et me venger

A plus

Olivier